Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Are you gonna go my way ? [Elary ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☰ date d'inscription : 01/07/2017
☰ messages : 23


Message(#) Sujet: Are you gonna go my way ? [Elary ♥] Mar 4 Juil - 21:25












Previously between Mary et Eliott

Dans le dernier épisode, Eliott voulait absolument avoir une conversation avec Mary, lui dire ce qu’il en était pour lui et ce qu’il ressentait, et savoir de son côté comment elle envisageait les choses. Il était venu avec beaucoup de détermination pendant l’un de ses entraînements. La voir danser, lui avait rappelé à quel point elle était magnifique quand elle oubliait tout ce qui l’entourait, quand elle oubliait sa carapace. A la fin, ne la voyant plus bougé, il s’était inquiété et s’était manifesté. Tout ce qu’il avait prévu de dire, n’était jamais sorti, ou alors pas de la manière dont il l’espérait et pourtant encore une fois Mary et lui avait couché ensemble. Cette fois elle n’avait pas pu se sauver, et pour Eliott c’était tout simplement la preuve qu’entre eux tout pouvait recommencer… La naïveté habite notre homme.

Maintenant

Devant le regard d’une Elsa plus que dubitative, j’étais en train de préparer mon panier. Je me sentais comme le petit chaperon rouge. Sauf que je n’allais pas voir ma grand-mère, mais la douce Mary. Enfin je ne savais pas si douce était vraiment un adjectif qui pouvait qualifier Mary, mais aujourd’hui on dira que oui. Je chantonnais, je dansais, j’étais heureux de la vie. Nous n’avions peut-être pas clairement clarifié la situation entre nous et pourtant ça me semblait clair pour moi. Pour Elsa beaucoup mois. Je sentais la désapprobation dans son regard. « Eli, t’es sur de toi ? J’adore Mary, mais j’ai l’impression que tu t’emballes un peu trop » Elle était mignonne à s’inquiéter comme ça. Pour la peine, je m’approchais d’elle pour l’embrasser sur la joue. « En l’espace d’une semaine, on a couché ensemble 2 fois. Ça veut forcément dire quelque chose. » Ou alors, je n’avais vraiment rien compris à la vie. « Et promis si ça se passe mal, je viens pleurer sur ton épaule » Oui j’étais le genre d’homme à n’avoir aucune honte. En tout cas tout ce que je pouvais dire n’avait pas l’air de faire beaucoup d’effet sur Elsa. Pourtant je respirais la confiance, alors elle devrait la recevoir en pleine figure elle aussi. « Tu crois pas qu’elle pourrait se venger de ton départ ? » Je voulais bien reconnaître que Mary était fourbe, mais pas à ce point-là. Je voulais bien reconnaître qu’elle devait encore m’en vouloir énormément, mais pas au point de se venger. Non Mary ne ferait jamais ça. « Non, si c’était le cas, elle n’aurait pas daigné m’adresser la parole malgré mon insistance. » Autant dire que je m’étais montré très lourd quand j’avais revu Mary à mon retour. Je savais que potentiellement je pouvais la revoir, mais je ne m’attendais pas à ce que je sois si rapide et oui dans ma joie d’être de retour, j’avais fait de l’Eliott même si Mary n’avait pas apprécié. « Bon Elsa je t’aime, mais je dois y aller si je veux être chez elle à une heure digne du petit déjeuné et je t’ai laissé un peu de tout dans le frigo pour que tu ne meurs pas de faim en mon absence » A l’entente de mes derniers mots, son regard c’était illuminé. « Mais t’aurai du commencer par ça dès le début. » Elsa était un véritable ventre sur pattes.

Si il y a quelques mois aller chez Mary m’aurai paru incongru, aujourd’hui je ça me semblait complètement naturel. Pas au point où je pouvais entrer chez elle sans frapper et débarquer au beau milieu de la nuit, mais je n’avais pas cette petite appréhension, cette sensation de ne pas être légitime dans ma démarche. Au contraire aujourd’hui je me sentais vraiment léger et j’avais envie de passer du temps avec elle. Beaucoup de temps, puis aussi savoir où elle en était quand même. Parler sérieusement ne pourrait absolument pas nous faire de mal.
J’espérais aussi que Simon ne soit pas là. J’adoré son frère, j’étais même un grand fan, mais je n’avais pas spécialement envie d’être dérangé ce matin. Après, dans mon panier j’avais suffisamment de quoi nourrir au moins 5 personnes.
Dans la rue, j’affichais toujours cet air béat voire débile sur mon visage et je voyais les gens qui se posaient des questions. Est-ce que j’étais débile ou tout simplement heureux. J’aurai bien répondu, mais ils auraient trouvé ça encore plus bizarre. En croisant un SDF, je m’arrêtais pour lui offrir quelques douceurs. C’était la moindre des choses, et je me promettais à l’avenir de venir partager quelque chose avec lui au moins toutes les semaines.

Malgré mon état de confiance actuel, en arrivant devant chez Mary j’avais un temps d’arrêt. Les paroles de ma soeur me revenant en tête. Je décidais de les ignorer d’un revers de la main. Elsa ne faisait que dire des bêtises et rien ne m’empêchait de taper à la porte. En voyant la porte s’ouvrir je soulevais mon panier et offrait à Mary mon plus beau sourire “Je t’ai apporté le petit-déjeuner” En ne la voyant pas réagir, j’avais peur de l’avoir réveillé. “Pardon si je t’ai réveillé. Je sais que c’était pas prévu, mais je voulais te faire plaisir” Ou pas. Son visage ne laissait toujours rien paraître, mon baissait mon panier - parce que j’étais un homme faible sans aucune force - et j’attendais une quelconque réaction de la part de Mary.





lumos maxima


Dernière édition par Eliott Fitzsimmons le Ven 21 Juil - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 01/07/2017
☰ messages : 18


Message(#) Sujet: Re: Are you gonna go my way ? [Elary ♥] Mer 12 Juil - 1:34


are you gonna go my way?
elary ♥

Comme à son habitude, Mary poussait le bouchon trop loin. La veille, elle s’était entrainée toute la journée. Si elle connait les limites de son corps, elle a toujours cherché à sans cesse les repousser. Son exigence n’a de limite que sa volonté. Le souci étant que parfois elle en demande trop à son corps. Ça arrive lorsqu’une représentation approche et qu’elle veut interpréter le rôle à la perfection. Et si la tournée se déroulera dans quelques mois, Mary est déjà attentive à chaque détail, comme à son habitude. Toujours en quête de perfection, la demoiselle n’a de cesse de vouloir améliorer chaque petit élément de la chorégraphie. La veille au soir, la fatigue a eu raison de sa minutie. Une mauvaise réception et sa cheville s’était foulée. C’était loin d’être la première fois que ça lui arrivait. Avec le nombre d’heures d’entrainement qu’elle cumule dans le mois, il faut dire que les petits désagréments, elle les cumule aussi. Cela était, Mary est loin d’être idiote, et elle se rend bien compte que si elle pousse le bouchon encore plus loin, une plus mauvaise réception et elle signe la fin de sa carrière. Pour aujourd’hui, elle restera calme. La danseuse n’a pas beaucoup dormi de la nuit, pas nécessairement à cause de la douleur, mais parce que parfois l’insomnie s’impose à elle. Si bien qu’elle avait passé sa nuit à lire un bouquin en sirotant plusieurs tasses de thé et quelques biscuits. Ses pieds avaient également le droit à leur session chouchou quotidienne pour apaiser ses os des traumas qu’elle leur imposait chaque jour durant. Il en était de même pour sa cheville meurtrie qui avait gonflée et rougie pendant la nuit. Finalement, Mary s’était endormie vers cinq heures du matin, là sur le canapé, encore dans ses habits de la veille abandonnant les cadavres de ses activités nocturnes sur la table basse. Il arrive parfois à la danseuse d’être décalée dans ses horaires, et il arrive aussi que Simon vienne la déranger pour des raisons x ou y. Souvent des raisons de merde, comme à son habitude, mais il faut dire que ça lui fait quand même du bien de le voir. Elle était un peu triste de vivre seule et d’avoir quitté sa moitié. Bien que jamais elle ne le dira à haute voix, et que la plupart du temps c’était vraiment chiant de partager l’appart avec Simon, mais quoiqu’elle en dise, sa présence était rassurante.

Alors quand on frappait à la porte, elle ouvrait difficilement les yeux après ses quelques heures de sommeil. La brune se frotte le visage et replace ses cheveux avant de se diriger vers la porte. Elle n’était pas prête à voir en fait la tête d’Eliott alors qu’elle s’attendait à voir celle de Simon. Enfin plus précisément elle a d’abord vu un panier de picnic avant que celui-ci de dévoile le visage de son ex. Etant donné qu’elle venait vraiment de se réveiller et qu’elle n’avait quasiment pas dormi, elle aurait bien du mal à réagir à quoique ce soit avant de boire son café. « Oh. Ehm. Salut. » Elle se contente de le regarder avec attention, sans trop relever ce qu’il est en train de lui dire. Cela dit, elle s’écarte de l’encadrure de la porte pour le laisser entrer et referme la porte derrière lui. Son regard balaie la pièce et se pose sur la table et les quelques tasses vides, la crème anti inflammatoire, les bandes et le bouquin qui lui avait fini sa course écrasé sur le sol. « Je vais faire du café, fais pas attention au bazzar » qu’elle lui dit en se dirigeant vers la cuisine le pas mal assuré. Sa cheville n’allait pas mieux a priori. Enfin, elle faisait deux tasses de café en restant silencieuse. Mary n’arrivait en fait même pas à aligner trois pensées cohérentes. Mais elle avait fini par comprendre qu’Eliott était venu pour déjeuner, et là tout de suite toute force avait quitté son corps pour pouvoir l’envoyer chier. Elle revenait alors vers le canapé avec les deux tasses fumantes et en tendait une à Eliott. Mary en engloutissait une bonne partie avant de poser sa tasse sur la table et entreprit de la débarrasser avant de finalement s’asseoir aux côtés d’Eliott. Elle se frottait les yeux en soupirant. Concrètement elle serait capable de s’endormir de nouveau sur le champ. Cela étant, ça ne manquait pas de lui rappeler cette fameuse nuit où c’est elle qui avait débarquée chez lui. « Qu’est-ce qu’il y a a manger ? Pas de poulet j’espère ?» Mary ne savait même pas comment réagir. C’était la première fois qu’Eliott débarquait chez elle, et c’était en fait très étrange comme situation. Même si ça n’avait rien de bien choquant au fond. Ils sont redevenus amis finalement. Enfin, plus ou moins. Elle s’efforce alors d’être moins froide, d’agir comme telle. Mais aucun d’eux n’est dupe. Eliott lui avait dit clairement qu’il ne voulait pas qu’ils soient amis et qu’il voulait plus. Au final, Mary avait évité toute révélation. Pour autant, ils avaient finis par faire l’amour dans les vestiaires de la salle de danse. Au fond, elle espérait juste que pour une fois ils retrouvent l’ambiance de leurs anciens rendez-vous au bar à discuter de tout et de rien comme de vrais amis. Depuis cette fameuse nuit Eliott se faisait des idées, et Mary ne savait plus du tout comment gérer la situation. Si elle n’avait pas été dans le coltard, elle aurait simplement dit à Eliott qu’elle était occupée ou qu’elle devait aller s’entrainer. « C’est dommage que Simon n'habite plus avec moi, je suis sûre que tu aurais été plus que ravie de partager le petit déjeuné avec la star que me sert de frère. » Tout ce qu’elle espérait c’était qu’Eliott n’aborde pas ce fameux ‘’plus’’ qu’il veut, et qu’ils passent simplement un bon moment, sans se prendre la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 01/07/2017
☰ messages : 23


Message(#) Sujet: Re: Are you gonna go my way ? [Elary ♥] Ven 21 Juil - 21:36











Malgré le scepticisme de ma sœur, elle avait fini par admettre sa défaite après avoir traîné ses fesses dans le frigo pour découvrir toute les bonnes choses que je lui avais préparé en plus. Je savais que je prenais énormément de risques en allant chez Mary et en voulant absolument avoir une conversation sérieuse avec elle, mais la vie n’était pas justement un risque en elle-même ? Si avoir une conversation me faisait peur alors c’était que j’avais bien changé et que mes 10 années de voyages ne m’avaient servie à rien. Alors oui Mary pouvait se montrer très intimidante quand elle le voulait, elle pouvait même paraître froide, mais il suffisait juste de savoir s’y prendre. D’accord je m’y prenais comme un manche à balais avec elle, mais j’étais mignon alors ça passait.
Enfin j’essayais de m’en convaincre en tout cas, tout comme j’essayais de me convaincre que Mary et moi étions sur la même longueur d’onde. Même si j’avais l’impression qu’elle voulait fuir plus qu’autre chose, je m’étais ça sur le manque de confiance en moi. Après tout, j’étais parti 10 ans alors que pour nous c’était le bonheur, je pouvais donc comprendre qu’elle n’était pas hyper confiante et qu’un doute subsiste. D’où mon panier pique-nique du petit déjeuner. C’était ma façon de dire que je ne ferais pas le con une seconde fois et qu’il fallait qu’on parle sérieusement pour mettre les choses à plat et au clair.

En arrivant je ne m’attendais certes pas à voir une Mary fraîche, pimpante et heureuse de me voir débarquer chez elle à l’improviste, mais je ne m’attendais pas à la voir aussi fatiguée. Est-ce que je venais de la réveiller ? Il était peut-être encore trop tôt pour elle. La connaissant elle avait dû travailler encore jusque tard dans la nuit. « Oh. Ehm. Salut. » Alors certes je ne m’attendais pas à ce qu’elle me saute dans les bras, mais un peu plus d’enthousiasme et de sourire ne m’aurait pas dérangé. Ceci dit, je n’allais pas m’offusquer parce qu’elle me laissait entrer chez elle. C’était un bon signe déjà. Un mauvais signe aurait été qu’elle me claque la porte au nez.
Sans le vouloir, mon regard balayait la pièce. Je n’étais pas le plus grand maniaque de tous les temps, mais il me semblait que Mary l’était plus que moi. Ou alors elle était vraiment très fatiguée. « Je vais faire du café, fais pas attention au bazzar » Ce n’était qu’à ce moment-là que je remarquais qu’elle ne marchait pas très bien. Voilà à trop vouloir s’entraîner… « Oh ne t’inquiète pas, ton appart paraît nickel comparé au notre » Autant dire qu’Elsa et moi on avait tendance a laissé traîner plein de choses un peu partout. Des pulls, des jeans, des piles de livres, j’en passe et des meilleures. « Tu as besoin d’aide ? Tu t’es blessée pour boiter autant ? » C’était une question un peu, mais c’était juste pour savoir ce qu’elle avait et si elle ne minimiser pas les choses. Parce que Mary était capable de ce genre de chose, cachait sa douleur, pour éviter d’aller aux urgences, pour éviter d’arrêter la danse. C’était un cercle très vicieux. Evidemment elle avait jeté ma proposition aux orties et je me contentais de m’installer sur le canapé pour installer notre petit déjeuner sur la table basse. L’odeur du café était alléchante et d’y tremper les lèvres fut un réel plaisir. C’était la dose de café qu’il me manquait pour passer une journée parfaite. « Qu’est-ce qu’il y a à manger ? Pas de poulet j’espère ?» J’y avais fortement pensé, mais au final je m’étais retenu. « Promis il n’y a pas de poulet dans mon panier magique. » Mais il y avait plein d’autre chose, que je m’amusais à sortir un par un. Des muffins, des crêpes, du pain, des pancakes, la confiture, le sirop d’érable. Un peu de charcuterie aussi et même des œufs frais. En voyant tout cet étalage de bouffe, je me rends compte que j’en avais peut-être fait un peu trop. « C’est dommage que Simon n'habite plus avec moi, je suis sûre que tu aurais été plus que ravie de partager le petit déjeuné avec la star que me sert de frère. » Simon était tout simplement la star de ma vie. « Il est vrai que je suis en mode fangirl dès que je vois ton frère, mais je préfère quand même prendre le petit déjeuner avec toi » Dire le contraire serait mentir, et puis au pire j’aurai d’autre occasion de partager un petit déjeuner avec Simon. Alors je ne lui apporterait certainement pas un panier chez lui, mais après tout pourquoi pas. « Tu as l’air crevée en tout cas toi. T’as encore fait trop d’effort à l’entraînement ? » Si elle me disait que non, j’étais prête à la jeter aux crocodiles, mais pas tout de suite quand même on devait parler de choses sérieuses. Mais on ne pouvait pas parler le ventre creux. « Est-ce que tu veux que je te fasses des œufs ou alors que j’aille te chercher un autre café ? » Alors non je ne me croyais pas au boulot ou j’étais obligé de servir tout le monde, là je le faisais tout simplement pour le plaisir de vivre. « Ou alors je te chante une berceuse. T’es sûre que ça va ? » Je m’inquiétais un peu quand même, Mary avait vraiment l’air au bout du rouleau.







lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé. @ ALASKA.


Dernière édition par Eliott Fitzsimmons le Mer 20 Sep - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 01/07/2017
☰ messages : 18


Message(#) Sujet: Re: Are you gonna go my way ? [Elary ♥] Ven 15 Sep - 13:04


are you gonna go my way?
elary ♥

A peine après trois petites heures de sommeil, Mary était arrachée des bras de Morphée par des coups secs sur sa porte. Elle avait ouvert les yeux avec toute la difficulté du monde et était submergée par la fatigue. Complètement déphasée elle s’était même demandé où elle était, alors qu’en soit, elle doit rarement ailleurs que chez elle. Peut-être le fait de se réveiller au beau milieu du salon l’avait déboussolée. Comme à chaque fois qu’on toquait à la porte, Mary s’attendait à voir débarquer son frère, frais comme la rosée du matin avec son éternelle joie de vivre qui lui flanque toujours une sacré baffe dans la gueule. Mais c’est ça aussi qu’elle aime chez lui, cette bonne humeur et ces conneries quotidiennes. Bien qu’elle ait envie de le frapper pour l’avoir réveillée après si peu de sommeil elle allait tout de même ouvrir la porte. La démarche boitillante et les cheveux fraichement replacés, Mary ouvrait la porte. Elle était un peu stupéfaite de voir Eliott planté là devant sa porte. Pas de Simon à l’horizon. Eliott qui vient pour la première fois depuis dix ans frapper à sa porte. Est-ce qu’elle pouvait lui en vouloir étant donné qu’elle s’était pointée chez lui au beau milieu de la nuit ? Peut-être pas. Mais elle était loin d’être en mesure de réfléchir à quoique ce soit alors elle le saluait, haussait les épaules et s’écarte pour lui indiquer d’entrer. Elle ne sait même pas pourquoi elle le laisse entrer. Puisqu’elle aurait certainement mieux fait de lui dire de rentrer chez lui pour qu’elle puisse finir sa nuit. Sans prendre la peine de s’asseoir, Mary opte plutôt pour l’option café, histoire de reprendre ses esprits. Elle s’excuse au passage pour les cadavres sur la table, même si en soit ce n’est pas grand-chose, mais Mary est plutôt du genre à rien laisser trainer et toujours passer derrière son idiot de frère pour ranger ses affaires. « C’est juste deux tasses de café » qu’elle répond à Eliott depuis la cuisine, pas besoin de quatre bras pour faire du café. Tandis qu’elle s’assoit à ses côtés après avoir débarrassé la table, elle l’observe simplement poser les plats sur la table. « C’est foulé, c’est pas grave » qu’elle finit par lui dire avant d’embrayer sur le déjeuner pour qu’il ne s’attarde pas sur la question. Ce n’était pas un mensonge. C’est pas si grave en soit, et ça lui était arrivé plein de fois. Il faut juste qu’elle se repose et qu’elle réduise l’inflammation. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter alors pas besoin d’en discuter plus que ça.

Eliott lui disait qu’il préférait déjeuner avec elle qu’avec son frère et un sourire discret se peignait sur son visage. La brune ne répondait rien mais elle était un peu contente en fait de se faire servir le petit dej.  Bien qu’elle ait vraiment la tête ailleurs et que la fatigue se lisait très certainement sur son visage. Elle regardait un instant ses vêtements de la veille dans lequel elle s’était endormie, un débardeur et un legging. Le genre de tenue qu’elle enfile en sortant de la salle de danse pour rentrer chez elle et être à l’aise. Heureusement ça pouvait passer pour son pyjama, elle pouvait feindre de ne pas s’est endormir comme une merde au petit matin sans même s’être changée pendant la nuit. Un soupir dépassait ses lèvre tandis qu’elle luttait contre la fatigue. Encore un peu elle s’endormirait sur Eliott dans dix minutes. «Non c’est pas l’entrainement.  J’ai pas dormi » qu’elle finit par lui avouer pour répondre à sa question, dépitée. S’il y a bien une chose qu’elle détestait c’était ces moments où l’insomnie s’imposait à elle, mais ce n’était pas nouveau, ça fait des années que des périodes d’insomnies venait lui gâcher ses entrainements, et même bien plus tôt que ça, tandis qu’elle était encore avec Eliott. Si la fatigue n’était pas dû à l’entrainement, elle ne pouvait pas nier que sa cheville était une conséquence directe ‘’d’avoir fait trop d’efforts à l’entrainement’’ mais ça elle se gardait bien de le dire. De toutes façons il n’était pas idiot, évidement qu’il se doutait que c’était l’entrainement. Comme toujours. Mary se permet de se servir un pancake avec un peu de sirop et c’était un délice. Elle n’avait plus l’habitude de se lâcher autant niveau bouffe, parce qu’elle fait quand même sacrément attention, mais aujourd’hui elle a décidé de se faire plaisir, tant qu’à faire. « Je veux bien encore du café. Sinon je vais m’endormir la tête dans les pancakes » Ce ne serait pas très glamour, c’est sûr. Elle préférerait encore s’endormir sur Eliott, soit dit en passant. La danseuse ne peut réprimer un rire quand elle l’entend parler de berceuse. « Pourquoi j’ai l’impression que tu m’as déjà chanté une berceuse ? » Il y a encore des détails dont elle ne se souvient pas il faut dire de cette nuit où elle a dormi chez lui. Beaucoup de détails. « Ca va Eliott. Arrête de t’inquiéter » Il sait qu’elle est insomniaque parfois, ou alors il ne s’en souvient plus, mais il l’a déjà vu après une nuit sans dormir en tous cas donc c’est pas bien grave. « C’est toi qui a rapporté tout ça et t’as pas encore mangé un seul truc. » Elle lui tendait un pancake qu’elle s’apprêtait à manger avant de s’en préparer un autre et de boire le café qu’il lui avait apporté. Finalement elle jetait aussi son dévolu sur un de ces muffins et s’enfonçait dans le canapé en soupirant après en avoir mangé la moitié. Alors qu’elle reprenait un peu ses esprits, une question lui explosait soudain au visage. Pourquoi diable Eliott était-il là au juste ? Evidemment qu’il n’était pas juste venu lui apporter le déjeuner, si ? Est-ce qu’elle pouvait se dire que si ? Pour une fois ils allaient juste passer un bon moment ensemble, non ? En tous cas elle ne savait plus quoi faire avec Eliott. Elle s’efforçait d’être plus amicale et plus agréable avec lui mais elle avait l’impression que ça l’amenait dans un chemin qu’elle ne souhaite pas prendre. « Qu’est-ce que t’as prévu de faire aujourd’hui ? A par me nourrir déjà. » Mary garde son regard figé sur le plafond en attendant sa réponse. « J’ai envie d’un spa. » Ca lui avait pris comme ça. Elle a besoin de se détendre alors s’imaginer dans un spa ça lui faisait du bien un peu. Bon ça allait peut etre sonner comme un invitation, mais c'est juste une envie qu'elle a, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 01/07/2017
☰ messages : 23


Message(#) Sujet: Re: Are you gonna go my way ? [Elary ♥] Mer 20 Sep - 10:03











Venir apporter la petit déjeuner à Mary m'avait paru être la chose la plus naturelle du monde à faire, pourtant Elsa n'était absolument pas de cet avis et en voyant la tête de Mary en m'ouvrant la porte, je commençais également à avoir des doutes. Alors certes cela faisait des années que je n'avais pas mis un pied dans son appartement, mais ce n'était pas comme si j'étais un étranger quand même. Si vraiment c'était le cas, elle n'aurai absolument pas accepté mon retour dans sa vie. Parce que quand Mary décidait de quelque chose, il était impossible de la faire changer d'avis, et surtout elle ne serait pas non plus venu sonner chez moi un soir où elle était complètement bourré. Elle avait en tout cas assez confiance en moi pour prendre soin d'elle, ou alors elle était juste venu par nostalgie de notre relation passé. Dans tout les cas j'étais dans le flou et c'était bien pour cela que j'étais venu lui apporter un magnifique panier garni.
Pourtant en voyant sa tête quand elle était venu m'ouvrir, peut-être que j'aurai du m'abstenir de toute visite. Elle avait l'air complètement explosé. Honnêtement pour la laisser dormir un peu plus j'étais tenté de faire demi-tour, mais non, j'avais envie de passer un peu de temps avec elle et puis elle m'invitait à entrer alors je n'allais pas me priver. En remarquant son léger claudiquement, je lui demandé si elle avait besoin d'aide. « C’est juste deux tasses de café » Du Mary tout craché, demander de l'aide à quelqu'un c'était impossible pour elle. « Malheur ne vient pas dire ça à un amateur de café » J'avais fait cette expérience en Côte d'Ivoire. J'avais eu le malheur de dire à un gérant d'une plantation de café que tous les cafés se ressemblaient et il n'était absolument pas content. J'ai même cru qu'il était capable de me tuer, mais bon ce n'était pas le sujet aujourd'hui et je préférais savoir si sa cheville allait bien oui si je devais l'emmener de force à l'hôpital. « C’est foulé, c’est pas grave » Mouais, j'étais pas réellement convaincu. « Tu essayes pas de minimiser ta blessure parce que tu es Mary McMahon et que tu veux pas être faible aux yeux de quelqu'un ? » Je savais que j'avais touché juste, mais ça non plus elle ne l'avouerait jamais.

Je n'étais pas venu ici pour me disputer avec Mary sur le fait qu'elle en faisait beaucoup trop à l'entraînement, mais pour partager une agréable petit déjeuner alors je sortais tout ce qu'il y avait dans mon panier pour qu'elle puisse se servir. Pour autant, je voyais vraiment qu'elle luttait pour ne pas s'endormir devant sa tasse de café. Soit elle avait fait la fête hier, soit trop d'entraînement. J'étais prêt à parier sur l'entraînement. «Non c’est pas l’entraînement.  J’ai pas dormi » Ah merde j'avais perdu. Il y avait tellement de raisons pour ne pas réussir à dormir que demander serait compliqué. Puis la connaissant elle était capable de répondre un truc débile juste pour que j'évite de poser des questions. « Ca explique ta gueule de déterré. Cet aprèm tu n'aura plus qu'à faire une sieste » Si je devais la surveillait pour m'assurait qu'elle ira dormir. Je le ferais. « Je veux bien encore du café. Sinon je vais m’endormir la tête dans les pancakes » Je me levais pour lui aller lui resservir une tasse de café et j'en profitais pour faire de même avec la mienne. « Est ce que tu veux que je te laisse pour que tu puisses te reposer ? » J'en avais vraiment pas envie, mais je comprendrais si elle le voulait. A défaut je lui proposait aussi de chanter une berceuse. « Pourquoi j’ai l’impression que tu m’as déjà chanté une berceuse ? » Parce que c'était le cas haha. « Ce n'est pas qu'une impression. La dernière fois c'était pour que tu t'endormes tranquillement. Tu as succombé à ma douce et mélodieuse voix » Sans me vanter, je chantais plutôt bien. Je n'étais pas non plus Pavarotti, mais je me défendais plutôt bien. Pour autant, savoir que c'était juste la fatigue ne me rassurait pas pour autant. J'avais l'impression qu'il y avait quelque chose d'autre derrière. « Ca va Eliott. Arrête de t’inquiéter » C'était sa phrase préférée ces derniers temps j'avais l'impression. « Tu sais bien que je suis une mère poule. Je serais capable de m'inquiéter pour Elsa en la voyant traverser en dehors du passage piéton. » Okay c'était une peu exagérer, mais c'était pour mettre le tableau en place. Puis ce n'était pas non plus la première fois que je m'inquiétais pour Mary, ni la dernière. « C’est toi qui a rapporté tout ça et t’as pas encore mangé un seul truc. » De tout préparer ce n'était pas l'idéal pour se sentir affamé, mais je prenais avec plaisir le pancake qu'elle me tendait. « Tu vois je me nourris » La bouche pleine de pancakes j'essayais de parler, mais finalement je faisais tout couler avec du café. Mary elle s'était installé bien confortablement dans le canapé et finalement je faisais la même chose. « Qu’est-ce que t’as prévu de faire aujourd’hui ? A par me nourrir déjà. » J'avais prévu une grande discussion sur nous deux, mais je ne sentais pas Mary très réceptive là tout de suite. « Je t'avoue que je n'ai pas réfléchi jusque là, ça te dis qu'on passe la journée ensemble? » Si j'étais avec elle toute la journée, je pourrais peut-être plus facilement lancer de manière subtile ce que j'avais à lui dire. Quoique la subtilité n'était pas vraiment mon fort. « J’ai envie d’un spa. » Par ma foi, pourquoi pas. « Tu veux pas te reposer ? » Okay le spa n'était pas l'activité la plus fatigante du monde, donc après tout pourquoi pas. « On y va maintenant ? » Oui je me sentais motivé d'un coup. « Tu vas te préparer et puis on va se faire chouchouter. » Oui, je me sentais d'humeur à ce qu'on prenne soin de ma personne. J'étais un petit être précieux voilà. « Tu pourras demander à ce qu'on te masse la cheville » Si elle arrivait à faire confiance à quelqu'un pour ça ce qui n'était pas gagné. Mary et ses pieds c'était une histoire compliqué. « Et quand tu me verras en maillot, tu vas complètement craquer devant ma musculature de malade » Je ne pouvais m'empêcher de rire, tout en sachant que j'étais flasque comme un poisson. Je n'étais pas gros, mais mes muscles étaient aussi développé que ceux d'une limace.









lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Are you gonna go my way ? [Elary ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» You're Gonna Pay [- Cameron -]
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE IS THE LOVE :: weymouth, dorset, uk :: Nottington :: les habitations-