Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (hazel) remember me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☰ date d'inscription : 29/05/2017
☰ messages : 634


Feuille de personnage
☰ carnet d'adresses:

Message(#) Sujet: (hazel) remember me Mar 25 Juil - 20:51



Remember me...
Hazel & Cheryl



Trois heures du matin. Il était trois heures du matin, une heure où tout le monde était censé dormir vu qu’on était un jour de semaine. Ou je devais me trouver dans mon lit avec comme pour seule et unique compagnie les bras de Morphée à rêver que j’embrassais un ténébreux que j’oublierais dès que j’ouvrerais les yeux dans ce monde. Oui. Je devais faire ça. Dormir. Rêver. Fantasmer. Point à ligne. Une habitude que tout le monde fait à la nuit tombée surtout en sachant que le lendemain, cette habitude sera remplacé par : petit déjeuné, footing, boulot et boulot. Ouai. Une habitude que j’aurai dû faire en sachant que le lendemain la journée allait être mouvementé. Que j’aurai besoin de toute ma patience et mes forces pour l’affronter. Alors que dans mes rêves, je l’embrassais et que j’oubliais vite quand le rêve disparaîtrait en fumée une fois les premières gouttes de café avalé. Ouai. J’aurai dû dormir. Et pourtant, c’était bien moi assise dans mon lit, les couettes cachant mes jambes et le téléphone dans la main. L’écran de mon téléphone afficha que j’avais un message d’un destinataire que j’avais dans mon téléphone. Un sourire s’afficha sur mon visage malgré le manque de sommeil apparent sur mon visage. Il n’y avait que lui pour m’envoyer un message à cette heure-ci. Et insomniaque qu’il l’était, il me le faisait partager à chaque fois qu’il s’emmerdait ou qu’il avait besoin de parler ou de passer le temps. Comme là. Laquelle raison cette fois-ci ? Et son message me fit accentuer mon sourire tandis que je parcourais son sms du regard. Me rappelant qu’à une certaine époque, j’étais loin de me douter qu’Hazel Grimes allait être plus qu’un ami qu’un élève que j’avais la charge de conseiller, soutenir et aider pour ses années de lycée. Un rire sortit de ma bouche quand je me rappelai la première fois que j’avais vu cet étudiant des yeux. Et des rencontres suivantes.

FLASH-BACK


Je levais la tête devant l’immense bâtiment qui me faisait face. Le lycée de Weymouth était exactement comme je l’avais laissé une fois mon diplôme en poche. Imposant. Effrayant. Si pour Cléa ma jumelle, le lycée faisait partit de ses meilleures années d’école pour moi, c’était l’inverse. Ça me rappelait à quel point Cléa était la préférée de nous deux. La plus sociable. La plus populaire. La plus aimée. Si à notre arrivée au lycée, les gens étaient fascinés par des jumelles qui se ressemblaient trait pour trait physiquement, ils avaient vite compris que c’était avec Cléa qu’ils devaient traîner. Et pas moi. Le fait que je manquais de confiance en moi et que je passais mon temps à la bibliothèque avaient sans doute réduit ma cote de popularité rapidement. Mais ça je m’en fichais. J’avais toujours été l’ombre de ma jumelle. Et ce n’était pas un environnement plus grand comme le lycée qui allait changer autre chose. Je passais les portails en jetant des regards de partout. Ça grouillait de lycéens qui ne savaient pas qu’une fois la sortie passée, la vie d’adulte allait être crevante. Ici, ils n’avaient que trois choses qui les intéressaient : les soirées, la drague et les études. J’étais comme eux même si les deux premières n’en faisaient pas partit. Je rigolais d’avance quand ils devront chercher du travail pour financer leur appartement ou leurs études supérieures. La vie était tellement facile avant. Le lycée était effrayant, mais au moins je m’étais trouvé une petite place dedans. Et Cléa me parlait. Je sortais mon téléphone au prénom de ma jumelle. Elle avait déménagé, je ne sais ou suite à ma soûlerie où je lui avais dit ses quatre vérités. Et d’après les parents, sa carrière brillait comme au niveau sentimental. Du Cléa tout craché. Même dans une ville inconnue, elle se faisait aimer. Alors que moi, c’était bien l’inverse. Peut-être que je devrais l’appeler pour m’excuser même si je n’y croyais pas. Elle me manquait. J’entendis mon nom hurler et je levais la tête en remettant mon téléphone dans mon jean. Ce n’était pas aujourd’hui que je l’appellerai. Tant pis ou tant mieux. Un sourire se dessina sur mes lèvres en voyant le visage d’un de mes anciens professeurs. Si j’étais au lycée, c’était parce qu’ils avaient organisé un évènement pour que les anciens élèves du lycée rencontrent les nouveaux seconds pour être leur tuteur. Pour mieux faciliter leur intégration au lycée. Une idée pas bête que j’aurais aimé avoir été mise en place pendant les miennes. J’avais accepté l’invitation même si j’avais eu du mal à caser cet évènement dans la nouvelle boite de marketing où j’avais été prise. Ça me rappelait que je devais faire plus d’effort pour leur montrer que même une réunion d’ancien élève/nouveau élève n’allaient rien changer à mon travail de commercial. Mais là n’est pas le sujet.

Je serrai la main de mon ancien professeur avant de le suivre. Il me raconta ce qu’il lui avait poussé à faire cette rencontre. D’après lui, les nouveaux seconds avaient du mal à s’intégrer dans le lycée surtout que la plupart n’avaient pas encore de projet professionnel définis. D’où le but de leur faire rencontrer des anciens élèves pour les aider dans leur intégration et leur projet professionnel. Je hochais la tête tout en regardant de gauche à droite les murs du lycée. Ceux-ci me rappelaient des souvenirs. Des bons comme des mauvais. Plus des mauvais en y repensant. Je me m’y à penser que si Cléa était encore à Weymouth, c’était elle qu’ils auraient appelé. Elle était douée pour ça. Je ne devais pas penser à ce genre de choses. S’ils m’avaient appelé, c’était que j’avais une belle carrière. Pas que j’étais leur roue de secours. Je secouais la tête intérieurement. Ce n’était pas le moment de penser à ça. J’étais ici pour aider un élève. À montrer que la petite lycéenne coincée d’autrefois avait maintenant mûri et pris confiance en elle. Ce n’est pas comme si me retrouver ici allait me faire retrouver mes anciens démons si ? J’espérais que non. Il me tenait la porte d’une salle de classe et j’y rentrai. Plusieurs élèves étaient assis à leur bureau et de nombreux adultes se trouvaient debout vers le tableau. Attendant les autres intervenants. D’autres arrivaient après moi et l’intervention commença. Chaque personne décrivit son boulot actuel et son parcours. Une fois fait, ils nous laissèrent le feu vert pour aller vers les lycéens dont certains s’étaient déjà précipité vers certains intervenants. Le médecin et la comédienne étaient des carrières plus populaires qu’une simple commercial. Et je m’en fichais. Mes yeux parcouraient la classe et tombèrent sur un lycéen avachi sur sa chaise, la tête tournée vers la fenêtre. Un geste qui me rappelait un que je faisais à chaque fois que les professeurs s’extasiaient quand Cléa prenait la parole ou que j’attendais la fin du cours rapidement pour partir à la bibliothèque rejoindre Tommy, mon correspondant. Et lui aussi, je devais l’oublier comme il l’avait fait me laissant toute seule dans ce monde impitoyable qui avait comme nom la vie.

Je partis rejoindre cet élève qu’aucun intervenant n’avait remarqué. Ou alors ils ne voulaient pas le voir vu son allure. Il avait tout de l’ado rebelle tatoué, avec ce qui semblait être un œil au beurre noir, soit un élève qu’on ne remarque généralement pas, car on était sûr de se faire refouler. Pourtant, je ne pensais pas comme eux. Il me rappelait moi à son âge et c’est ce qui me poussa à aller à sa rencontre. À coller mon dos contre la fenêtre près de lui et de tourner la tête dans la même direction que lui. Vers l’extérieur. « Je te parie une glace que tu préférais être dehors plutôt qu’ici à écouter des adultes barbants te raconter leur parcours scolaires. » Pas vraiment ce qu’attendait mon ancien professeur, mais tant pis. C’était une manière comme une autre d’entamer une discussion et j’avais le sentiment qu’il allait me faire toute ma patience pour briser la carapace qu’il s’est battit au fil des années. Mais j’étais prête. « Je me trompe ? » Je levais les sourcils en attente d’une réponse ou d’un semblant d’attention de sa part. Je ne connaissais pas son nom, mais j’avais l’infime impression qu’il allait devenir quelqu’un dans ma vie. Peut-être pas tout de suite, mais il le deviendra. Vous avez dit têtu ?




acidbrain

_________________

✻ the wicked games
Amène ton amour bébé, j’apporterai ma honte. Amène les médicaments bébé, j’apporterai ma douleur. Mon cœur sera là, mes cicatrices seront là. Amène les verres bébé, j’apporterai à boire. Amène ton corps bébé, je t’apporterai la gloire. Et ce sont mes putains de mots aussi. Putain, laisse-moi t’aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(hazel) remember me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» 08. Do you remember me, now ?
» Wild ones Ҩ Hazel & Luis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE IS THE LOVE :: weymouth, dorset, uk :: flash back-