Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs de lycée | ft. Cheryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☰ date d'inscription : 13/07/2017
☰ messages : 281


Message(#) Sujet: Souvenirs de lycée | ft. Cheryl Jeu 3 Aoû - 22:14

 

souvenirs de lycée
- cheryl & lily -

Ô, Lily. Tu soupires.
Vivement que ta journée touche enfin à sa fin.
Mais, jolie rousse, tu dois tenir bon. La journée est encore loin d’être terminée.

Tu es impatiente de pouvoir rentrer chez toi, retrouver ton petit confort et le moelleux de ton lit. Tu t’imagines déjà te prélasser dans un bain bien chaud avec quelques produits que tu as acheté chez Lush le mois dernier, une musique douce en fond pour pouvoir te détendre. Peut-être même que tu pourrais prendre des pizzas à la pizzéria du coin avant de rentrer et manger devant ces émissions de télé débiles qui ne font pas réfléchir. De toute façon, tu vas passer la soirée seule. Tu as proposé à Joe de venir passer la soirée chez toi, mais il as poliment refusé ta soirée en amoureux pour une soirée entre potes. Ces potes que tu n'apprécies pas forcément.
Tu aurais pu être déçu, mais ces derniers temps, tu commences plutôt à prendre l’habitude de ses refus. Vous êtes ensemble depuis six mois et tu as l’impression que votre relation s’essouffle à vue d’œil. Vous échangez de moins en moins de messages lors de vos journées loin l’un de l’autre. Vos soirées, ensemble, deviennent répétitives, et vos conversations deviennent tristement monotones… Tu as peur de voir la routine vous détruire, à moins que ça ne soit déjà le cas.

- Viens avec moi beauté, on va voir maman. Tu attires la prénommée Princesse contre toi avant de faire demi-tour. Et voilà… Votre petite princesse ! En pleine forme après sa petite opération. Tout en parlant, tu ouvres la porte de ton petit cabinet aux couleurs immaculées, tenant tendrement entre tes bras la chatonne aux poils gris à peine âgée de six mois. Ô Lily, tu fais extrêmement attention à ne pas placer tes mains sous son ventre suturé avant de la déposer sur ta table d’auscultation. Puis,tu te tournes vers sa maîtresse, un sourire accroché au visage. L’opération s’est merveilleusement bien passée et Princesse a été tout simplement adorable. Tu grattouilles la petite tête de Princesse tandis qu’elle se laisse faire en fermant les yeux.

Comme d’habitude, tu termines ton rendez-vous avec Madame Grimson en prenant le temps de lui expliquer tout ce qu’il y avait à savoir sur les jeunes chats stérilisés : nourriture, fils… Tu abordes tout ce qui te passes par la tête, en vérité. Tu fais aussi de ton mieux pour répondre à toutes ses questions avec le sourire, heureuse de voir que cette femme prend très à cœur la santé de Princesse.
Tu as trop souvent observé des inconnus adopter une boule d’amour sans se rendre compte de ce que ça impliquait, réellement. Alors, oui, il t’est arrivé de voir des animaux en mauvais état à cause de l’indifférences de leurs maîtres, d’autres malades à cause d’oublies de vaccins… Mais le pire, c’était ceux qu’on t’avait amené blesser lors d’accidents de voiture ou suite à des coups violents… Certaines histoires te donnent encore froid dans le dos.

- Bonne journée, mademoiselle Wash !
- Bonne journée à vous aussi, au revoir.

Lorsque Madame Grimson quitte ton cabinet, tu fermes la porte pour te retrouver un peu seule.
Tu décides de jeter un rapide coup d’œil curieux à ton téléphone portable : aucun message. Tu te sens un peu déçue, mais finalement, tu roules des épaules vers l’arrière comme pour envoyer cette pseudo-déception contre les murs. À quoi t’attendais-tu ? Un message de Joe ? Il y a un mois, tu en aurais sans aucun doute eu un, mais à présent, tu ne peux trop plus compter là-dessus. Il y a bien quelque chose qui a changé entre vous.
Un message de Tommy ? Tu peux toujours rêver. Voilà maintenant six mois que ton meilleur-ami a foutu le camp et tu as toujours du mal à te faire à cette idée. Joe ne le comprend pas. D’après lui, tu aurais dû effacer Tommy de tout tes souvenirs à peine deux mois après son grand départ. Mais, tu en es tout simplement incapable. Ton meilleur-ami, tout tes souvenirs. Tommy, c’était ton tout. Tommy, c’était sûrement le seul qui te connaissait aussi bien.

Tu te sers un chocolat chaud. Le café, ça n’a jamais été vraiment ton truc : un peu trop amer pour ton palais si sensible. Tu ne prends pas autant de temps que tu l’aurais voulu pour le terminer et tu dois, au bout d’une dizaine de minutes, te remettre au travail et aller accueillir ton prochain patient avec sa maîtresse. Heureusement, que tu aimes ton travail, si ça n’avait pas été le cas, cette journée aurait sûrement été exécrable. Le genre de journée épuisante autant physiquement que moralement.
Tu sors enfin de ton cabinet pour te rendre au bureau de ton assistante qui te donne, sourire aux lèvres, le nom de celle que tu dois aller chercher en « salle d’attente ».

- Mademoiselle Mackinlay ? Dans un sourire, tu cherches du regard ton prochain rendez-vous. Il te semble que tu n’as encore jamais reçu cette jeune femme dans ton cabinet, alors tu procèdes par élimination mentale jusqu’à ce que tu ne la voies se lever pour venir te rejoindre. Son visage te dit atrocement quelque chose et tu fronces les sourcils. Bonjour. Suivez-moi qu’on voit ce que je peux faire pour vous et pour votre boule de poils.

Tout en la guidant jusque ta table d’auscultation, tu essayes de te souvenir où tu aurais déjà pu la voir. De même que son visage, son nom sonne familier dans ton esprit. Tu aimes toujours savoir à qui tu parles, alors tu es certaine de lui avoir déjà parlé, mais étrangement, tu n’arrives pas à te situer dans le temps.

- C’est bizarre, mais vous me semblez familière… Tu fronces les sourcils tout en attendant que ton assistante vienne t’aider à placer son magnifique chien sur ta table d’auscultation. Et soudainement, ça te frappe. Mackinlay… Cléa Mackinlay ! Vous étiez amis au lycée ! Comment as-tu pu oublier aussi facilement ? Mais bien sûr, Cléa ? C’est bien toi ? Que puis-je pour toi et ton magnifique chien ? Tu demandes enjouée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 29/05/2017
☰ messages : 634


Feuille de personnage
☰ carnet d'adresses:

Message(#) Sujet: Re: Souvenirs de lycée | ft. Cheryl Mer 16 Aoû - 23:19



souvenirs de lycée
Lily & Cheryl

Tu retournes la lettre que tu as reçue comme si par magie, ça enlèverait son contenu ou mieux qu’il y est caché en note de page : c’est une blague. Mais aucun mot de ce genre ne s’y figurait et à chaque fois que tu posais les yeux dessus, le même contenu y était inscrit. Tu soupirais en te passant une main dans tes cheveux. Foutu tic nerveux quand une chose te dérangeait ou que tu étais nerveuse. Et tu aurais préféré l’avoir en sa présence plutôt qu’avoir lu ce bout de carton qui faisait office de lettre. Ce n’était pas possible et pourtant, à chaque fois que tu posais tes yeux sur ce carton, tu voyais les mots « fermeture de la boutique vétérinaire » en grosse lettre danser sous tes yeux. Ce n’était rien pour certaines personnes, juste une formalité, mais pas pour toi. Il était important à tes yeux au point que certaines personnes disaient que tu finirais seule avec ton chien à force de lui donner plus d’importance qu’à un homme. Car il s’était Lucky, ton adorable husky que tu avais adopté dans un refuge et qu’il partageait ta vie ainsi que le duplex que tu partageais avec Liv, ta meilleure amie. Tu t’étais retrouvé en Lucky et tu l’avais fait rentré dans ta vie si facilement que Liv avait pensé que tu aurais fais de même avec les humains. Mais rien n’y fait. Tu ne faisais pas confiance rapidement à ton espèce. Le fait d’avoir été déçu voir très déçu dans ton passé ne t’aida pas à te lier facilement avec eux. Liv avait été une exception. Ton exception. Tu avais su à briser ta carapace à chaque nouvelles lectures que vous faisiez à la bibliothèque de la ville. Le fait qu’elle ne partageait pas la même école que toi y avait aidé. Encore plus quand elle était tombée sur ta jumelle et qu’elle ne lui avait accordé qu’une seconde de son temps avant de t’emmener en virée shopping. Liv avait été ton soutien humain et Lucky l’était côté animalier. Tu te rappelais la fois où tu avais emmené ton chien chez vous sans lui parler de ton projet d’adopter un animal. Elle avait sauté de joie en voyant le husky de trois ans dans le salon qui cherchait un endroit pour se cacher. Tu te rappelais parfaitement qu’à l’approche de Liv, il ne s’était pas éloigné alors que la personne du refuge disait qu’il était craintif avec les humains. Non. Il lui avait senti et bavé dessus comme il l’avait fait avec toi, un peu plus tôt dans la journée. Et tu l’avais encore plus aimé ce jour-là.

Un aboiement te tira de tes souvenirs et un sourire passa sur ton visage. Il te fixa de ses grands yeux bleus comme si quelque chose te tracassait. On disait que les chiens pouvaient ressentir les émotions des humains. C’était vrai. Lucky avait le don de savoir quelle émotion t’habitait et ne s’était jamais trompé depuis que tu l’avais adopté. Tu étais reliée à lui comme tu étais relié par un lien invisible à ta jumelle Cléa. Ta défunte jumelle. Tu te rappelais avoir pleuré contre Lucky le jour où on t’avait annoncé sa mort. Si tu oubliais sa mort facilement au boulot, c’est grâce à lui qu’à la maison, tu arrivais à l’oublier. Surtout, quand Liv n’était pas là. Tu secouas la tête en glissant ta main sur sa tête pour le caresser. Tes souvenirs t’avaient fait oublié le problème qui te guettais depuis que tu avais lu la massive de ton vétérinaire. Enfin, ancien vétérinaire vu que ce dernier avait subitement fermé pour je ne sait quelle raison. Il n’était pas facile de trouver un vétérinaire à Weymouth encore plus maintenant que l’un avait fermé. Mais tu le devrais. Pour Lucky. Son vaccin devait se faire rapidement et à cause de ton ancien vétérinaire, tu devais trouver rapidement quelqu’un d’autre. Tu attrapas ton téléphone après avoir allumé ton ordinateur qui affichait la liste des vétérinaires exerçant à Weymouth. Comme s’il savait que la journée allait être longue, tu sentais la tête de Lucky se poser sur une de tes cuisses montrant par là qu’il était présent pour toi-même si ça risquait d’être long. Tu ne te trompas pas sur ce point. Ce fut au bout du quatrième vétérinaire que tu commençais à être agacé. Ils étaient tous plein. C’était aussi dur de trouver un médecin qu’un vétérinaire, on dirait. Mais tu ne te décourageas et tu vis ta chance quand Liv entra chez vous en annonçant l’air de rien être tombé sur un nouveau cabinet vétérinaire non loin de sa séance photo. Elle eue juste le temps d’enlever ses chaussures avant de se faire tomber par Lucky, toujours ravis de la voir. Un sourire passa sur tes lèvres et peu de temps après, tu poussas un soupir de soulagement quand la secrétaire du cabinet te répondit qu’il pouvait prendre Lucky dans la journée.

Quelques heures plus tard, te voilà arrivé devant le cabinet du vétérinaire. Tu ne le connaissais pas et tu étais ravi que Liv t’en ait parlé. Tu ouvrais la porte et Lucky te suivit comme s’il ne savait pas dans quoi il allait s’aventurer. Il le sentit au moment où il vit d’autres animaux et j’eu aussitôt le réflexe de serrer ma laisse au moment où il voulait partir. Tu secouais la tête et partis te présenter à la secrétaire. Elle m’orienta vers la salle d’attente où le vétérinaire viendrait me chercher. Un sourire s’installa sur tes lèvres quand tu pénétrais dans la pièce et que tu m’installas non loin d’un client qui portait son chat sur elle. Trop impatient de partir, Lucky l’ignora simplement et purement cherchant par mon contact à chercher quand on allait partir. Tu le caressais pour le calmer et attendis ton tour qui vient plus vite que tu n’auras pensé. « Mademoiselle Mackinlay ? Bonjour. Suivez-moi qu’on voit ce que je peux faire pour vous et pour votre boule de poils.» A l’entende de ton nom de famille, tu te levas au même moment que Lucky. Une jolie rousse te souriait et t’invitait à la suivre. Rousse qui te disait vaguement quelque chose, mais tu ne m’y préoccupas pas de tout de suite. « Bonjour docteur. » Lucky n’étant pas un fan des vétérinaires, comme n’importe quel animal, cherchait à tout prix à partir.

Manque de chance pour lui, la vétérinaire et son assistance semblaient être habitués à ce genre de pensionnaires et Lucky fut rapidement placé sur la table d’auscultation. Ta main se glisse sur sa tête pour le calmer et tu te crispes aussitôt à l’entende des paroles de la vétérinaire. « C’est bizarre, mais vous me semblez familière… mais bien sûr, Cléa ? C’est bien toi ? Que puis-je pour toi et ton magnifique chien ? » Tu essayes d’être naturelle et non blessée par la remarque. De toute évidence, elle n’était pas au courant du décès de ta jumelle, et même si Cléa était encore vivante, elle serait aussi trompée de nom. Rien d’étonnant. Toute ta vie, les gens vous ont confondu ta jumelle et toi, et même morte, cette confusion était encore là. Tu te demandes vaguement si tu dois lui dire pour Cléa. Lui dire que non, tu étais Cheryl et que Cléa malheureusement ne faisait plus partit de ce monde. Tu lèves ton regard vers la jolie rousse au sourire espiègle et un sourire d’elle te frappe. D’elle qui souriait et soutenait Tommy devant des personnes qui le traitaient de monstre à cause de sa maladie. Lily. La meilleure amie de Tommy, son échappatoire. Son tout. Tu te demandes si Tommy avait aussi coupé les ponts avec elle comme il l’avait fait avec toi. Tu sens déjà ton cœur se serrer à cette pensée que tu chasses aussitôt par un sourire. Joue le jeu. Non. Tu devais lui dire la vérité même si ça devait coûter la bonne humeur de ton rendez-vous avec elle. Oui. Tu lui devais la vérité. Et tu savais déjà quoi lui dire. « Lily, je me disais bien que je t’avais vu quelque part, mais je ne voulais pas passer pour une idiote si jamais ce n’était pas le cas. Ça fait un bail. » Alors pourquoi tu as dit ça ? Pourquoi tu joues la comédie ? Tu ne sais pas, mais tu le fais. Tu le regretteras plus tard, une fois sortit d’ici. Mais maintenant, tu devais assumer. Et tu cherchais dans tes vagues souvenirs des apparitions de Lily en compagnie de ta sœur. Et t’en trouva facilement. Du moins, tu espérais que ça soit vrai. Mais qui ne tente n’a rien non ? Et comme dirait certain, tu avais déjà un pied dans la tombe en te faisant passer pour elle alors autant jouer le jeu. Tu affichais un grand sourire comme Cléa savait si bien le faire auparavant. « Comment vas-tu depuis le lycée ? Tu as réalisé ton rêve de devenir vétérinaire à ce que je vois. Tu avais déjà ça dans le sang à l’époque. Comme la fois où tu avais emmené un oiseau tombé de son nid chez toi pour le soigner. Je suis contente que tu aies pu réaliser ton rêve, Lily. Vraiment contente. » Même si tu n’avais pas été très proche de Lily contrairement à ta sœur, tu étais vraiment contente que la rousse avait réalisé son rêve de gosse. Et que Liv t’en avait parlé. « Surtout, que tu me sauves la vie, mon ancien vétérinaire à fermer pour je ne sait quelle raison et je devais faire son vaccin ce mois-ci à Lucky. » Tu adresses un regard à ton chien qui était allongé sur la table comme s’il attendait son jugement. Ou du moins, il attendait le tien, car si jamais elle découvrait que tu lui avais menti, il y avait des chances qu’elle comprenne que tu étais la Cheryl des lettres de son meilleur ami. Intelligente comme elle l’est. Et c’était bien la dernière chose que tu souhaitais. Tu voulais rester caché et non dévoilé au grand concerné. Et tu te promis, de tout faire pour ne pas que la vétérinaire sache la vérité sur ton compte. Quitte à te faire passer pour Cléa pour un moment. C’était un petit prix à payer contrairement à la grosse révélation qui aurait lieu si jamais ton secret n’éclate à ses yeux.



acidbrain

_________________

✻ the wicked games
Amène ton amour bébé, j’apporterai ma honte. Amène les médicaments bébé, j’apporterai ma douleur. Mon cœur sera là, mes cicatrices seront là. Amène les verres bébé, j’apporterai à boire. Amène ton corps bébé, je t’apporterai la gloire. Et ce sont mes putains de mots aussi. Putain, laisse-moi t’aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☰ date d'inscription : 13/07/2017
☰ messages : 281


Message(#) Sujet: Re: Souvenirs de lycée | ft. Cheryl Lun 21 Aoû - 21:15

 

souvenirs de lycée
- cheryl & lily -

- Bonjour docteur.

Avant que tu ne réagisses qu'il s'agissait de Cléa, Lily, tu trouvais même dans sa voix quelque chose qui titillait curieusement tes souvenirs. Bien-entendu, il t'a fallu plusieurs longues secondes pour te remémorer le pourquoi du comment et rassembler tout les indices pour te replonger dans tes années lycées. Tu n'étais pas populaire à l'époque, mais tu avais quand même pas mal d'amis dans tout le bahut. Faut dire que les sourires ça aide à faire de nouvelles connaissances. Il y avait d'abord et presque essentiellement Tommy dans le fond et puis, tout ceux avec qui tu t'entendais vraiment bien et avec qui tu pouvais sortir profiter de ces fêtes de lycéen. Cléa en faisait partie et tu avais toujours été fière d'avoir été son amie.
Il ne te viendrait pas une seule fois à l'esprit que cette jeune femme que tu as connue au lycée à perdue la vie et que tu te retrouves en réalité face à sa sœur jumelle. C'était digne d'un film dramatique américain, et des drames non merci, tu en avais déjà assez en ce moment, pas besoin d'en rajouter une couche.

- Lily, je me disais bien que je t’avais vu quelque part, mais je ne voulais pas passer pour une idiote si jamais ce n’était pas le cas. Ça fait un bail.
- Oh ça ouais, ça fait super longtemps, dis donc ! Mais je suis super contente qu'on puisse se recroiser ! Weymouth n'est pas une si grande ville pourtant, j'ai toujours l'impression de ne croiser personne.

Enfin, "ne croiser personne", c'est vite dit. Tu as quand même récemment croisé ton Tommy alors que tu pensais qu'il ne reviendrait jamais. Ton meilleur ami enfui, sauvé après un baiser, après un geste brusque et des bleus. Mais sinon, il semblerait que la ville soit effectivement assez grande pour éviter de croiser ceux que tu ne veux pas voir. Comme Joe. Tu arrives sournoisement à l'éviter depuis ses SMS et c'est tant mieux, mais tu sais très bien qu'il va y avoir un moment où tu n'auras pas d'autre choix que de lui faire face et tu redoutes un peu ce moment. Tu n'as pas envie de t'expliquer pendant des heures sur ce pourquoi tu as décidé de garder ce petit être qui grandit dans ton ventre, ventre particulièrement arrondi depuis peu, auquel tu devrais réfléchir à un nom.
D'habitude, les gens font ça en couple, chercher un nom pour leur futur enfant, mais tu vas devoir faire ça seule, il semblerait bien. Pas de père pour l'enfant, juste une maman et tu espères que tu pourras être ce genre de maman hors du commun qui sait jongler entre son travail et l'éducation de son petit monstre. Tiens pour l'instant, à la place de l'appeler "le bébé", tu pourrais simplement l'appeler "petit monstre". Tu as toujours du mal à te dire qu'il est bien de toi et que tu es bien enceinte, mais tu n'as pas trois le choix, alors autant essayé de te familiariser le plus possible avec l'idée que oui, bientôt, tu vas être maman, bientôt ta vie change du tout au tout et ça va te faire terriblement bizarre.

Ton assistante t'aide à porter Lucky sur la table d'auscultation et tu viens doucement caresser le dos du Husky pour essayer de le mettre un peu plus en confiance par rapport à toi. Les animaux sont souvent très anxieux lorsqu'ils passent ta porte alors que tu ne souhaites nullement leur faire du mal. Au contraire, tu es là pour leur bien. Mais bon, que veux-tu faire de plus ?
La semaine dernière, tu as dû passer une heure dans cette salle avec la maîtresse du chien dont tu t'occupais parce qu'il était beaucoup trop anxieux quand tu te retrouvais en tête-à-tête avec lui pour une vulgaire piqûre. Tu ne voulais pas te blesser, lui faire du mal ou le traumatiser alors vous avez dû y aller tout en douceur. Vous étiez finalement arrivée à vos fins et le petit toutou avait pu rentrer rapidement chez lui après une heure de nombreuses vaines tentatives.

- Comment vas-tu depuis le lycée ? Tu as réalisé ton rêve de devenir vétérinaire à ce que je vois. Tu avais déjà ça dans le sang à l’époque. Comme la fois où tu avais emmené un oiseau tombé de son nid chez toi pour le soigner. Je suis contente que tu aies pu réaliser ton rêve, Lily. Vraiment contente.
- Oh, mais je vais très bien et toi ? Tu continues dans un sourire. Oui, j'ai réussi et j'adore ce job. Un rire s'échappe de tes lèvres quand elle te rappelle que tu avais trop souvent tendance à prendre soin des animaux que tu trouvais blessé. Tu t'en souviens ? A l'époque ma mère m'aurait tuée mais ça a été pire quand je lui ai ramené le chaton que j'avais trouvé en dernière année.

Tu te souviens encore de son regard étonnée quand elle t'as vu devant la cheminer en train de câliner une serviette tout en parlant toute seule, le moment juste avant lequel elle a compris que tu avais un chat dans les bras et qu'il était beaucoup trop jeune pour survivre seul. Il semblait mort de froid et mourir de faim alors tu l'as ramené, mais tu n'avais rien d'adéquate pour le faire manger. Tu t'es alors retrouvée à la supplier d'aller acheter un biberon pour le faire manger. Au final, il a survécu, tu l'as appelé "Croquette" mais vous ne l'avez pas gardé. Ca t'a brisé le cœur, mais tu savais que ta mère n'était pas trop en accord avec l'idée de garder tout les animaux blessés que tu ramenais.
Aujourd'hui, tu n'as plus besoin de vouloir les garder. Et heureusement, tu n'imagines pas le bordel si tu te sentais profondément triste dès qu'un animal quitte ton cabinet. Tu en côtoies tous les jours au cabinet et ça te ravie pour l'instant assez pour que tu n'adeptes pas une petite boule de poils rien qu'à toi. Par contre, tu sais que pendant ton congé maternité ça va te manquer et que tu risques plusieurs fois d'être à deux doigts de faire une adoption, tu vas furieusement avoir besoin de quelqu'un pour te remettre dans le droit chemin.

- Et toi qu'est ce que tu deviens depuis la fin du lycée ?
C'est vrai que vous ne vous êtes pas adressée la parole depuis la fin de cette courte période de votre vie. Faut dire que tu ne connais pas énormément de personne qui on gardé contact à la fin du lycée comme si tout ce qui se passait au lycée, restait au lycée.
Mais les souvenirs vous martelèrent toujours l'esprit. Même après avoir quitté les bancs du lycée, les clubs de cheerleaders et les matchs sur les terrains. Les disputes entre amis, les amours et pas mal d'emmerde à l'époque. Enfin, c'était rien, mais la moindre petite chose qui changeait vos habitudes devenait rapidement un véritable drame.

- Surtout, que tu me sauves la vie, mon ancien vétérinaire à fermer pour je ne sait quelle raison et je devais faire son vaccin ce mois-ci à Lucky.
- Ah oui, j'ai entendu dire qu'un vétérinaire avait dû fermer en ville... Il me semble qu'il est parti à la retraite non ? Tu lui demandes un sourcil arquait alors que tu regardes dans ces papiers le vaccin que tu vas devoir administrer à Lucky. Plusieurs de mes collègues m'ont dit qu'ils étaient totalement surchargés depuis. Vu qu'on est un peu en retrait, ça ne nous touche pas plus que ça apparemment... Après, on est deux pour l'instant pour gérer tout le monde !

Tu en avais effectivement entendu parler et bientôt, ce serait le tour de Hank de disparaître et à toi de gérer cet endroit toute seule alors effectivement, tu risques d'être pas mal débordée au début. Tu auras encore tous ses petits patients et les tiens... Tu devras sans aucun doute compter sur ta super assistante un peu trop bavarde pour te faire des emploi du temps digne d'un chef.
Tu sais qu'elle en est parfaitement capable et que tu peux conter sur elle à ce niveau-là. Bien qu'elle soit toujours en train de trop parler et de raconter ta vie à n'importe qui, ou de te raconter la vie des autres sans que tu ne t'y intéresses forcément, elle a toujours fait un travail exemplaire en te permettant même d'avoir très souvent une pause entre deux boules d'amour. Enchaîner les rendez-vous ce n'est pas dans ta nature, ça t'essouffle, te fatigue. Tu préfères avoir une petite pause histoire de pouvoir respirer, et accueillir tes prochains patients avec un grand sourire et beaucoup d'entrain.

- Alors, qu'on face son petit vaccin à Lucky. T'es prêt mon grand ?
Ton assistante toujours à tes côtés, tu sors tout ce dont tu as besoin avant de passer des gants. Ca ne devrait pas prendre longtemps, s'il ne panique pas. Sinon, ça prendrait le temps que ça devrait prendre. Lorsque ça concerne les animaux, tu sais rester patiente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message(#) Sujet: Re: Souvenirs de lycée | ft. Cheryl

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenirs de lycée | ft. Cheryl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE IS THE LOVE :: weymouth, dorset, uk :: Weymouth center-